Le P’tit Bec N°158 – 18 mai 2018

Toutes les chroniques du N° 158 sont ci-dessous.

 

L’humeur mutine

L’opposition dans une démocratie : vous avez dit constructive ?

Par Claude van Effenterre

Le début du mois de mai correspondait à la fin de la première année de mandat du Président Macron. Cet anniversaire a coïncidé à quelques jours près avec divers événements marquants comme la réforme de la SNCF, l’occupation des universités, les grèves à Air France ou encore les débordements du 1er mai notamment, sans oublier la pseudo fête à Macron. Du côté médias, ce fut également l’interview sur TF1 à  l’école primaire de Berd’huis dans l’Orne, sans oublier ce grand moment irrespectueux de télévision mené par Plénel et Bourdin, Bourdin et Plénel, devenus les DuponT et DuponD de l’interview politique haineux raté. Dans le même temps, et l’on est un peu sur le même principe, on voyait à Nantes et plus tard à Paris lors de la fête à Macron des effigies du Président de la République pendues haut et court. Pour voir cela dans la rue, qui oserait encore dire que la démocratie en France n’est plus. Même si cela ne devrait pas exister dans notre pays et être réprimé. Devinette : quelqu’un pourrait il jouer au même jeu au Vénézuéla par exemple avec le mannequin du Président Maduro…

Ceci m’amène forcément à évoquer le petit groupuscule de députés d’extrême gauche qui brille à l’Assemblée Nationale et dans les rues uniquement dans l’exhortation du peuple à la révolution. Pas remis d’avoir perdu les élections, et de n’avoir eu qu’une poignée de députés élus dans la foulée de leur Présidentielle ratée, ces élus de la République se trompent de combat.

Ils sont dans l’inutile.

Un peu de pédagogie : que veut dire opposition dans une démocratie ?  Une opposition en démocratie a pour objet de jouer un rôle dans la construction du bien commun, de limiter le pouvoir par une critique constructive, et donc de tout faire pour présenter un projet de société alternatif opposable à celui du gouvernement en place. L’opposition est démocratique dès lors qu’elle reconnaît la légitimité du Président de la République, de son gouvernement et de la majorité électorale. Elle est démocratique dès lors qu’elle ne réduit pas son rôle à contester la légitimité du Président et de son gouvernement, à le stigmatiser comme ennemi du peuple et à le dénigrer. La contestation du pouvoir par l’opposition est démocratique lorsqu’elle n’appelle pas à renverser un gouvernement par la force. La démocratie est au contraire en danger lorsque les partis d’opposition contestent la légitimité d’un gouvernement en prétendant être les manifestations directes du peuple et les expressions exclusives des demandes sociales. La démocratie est menacée lorsque la lutte politique est réduite à la mobilisation de l’espace public pour appeler à l’insurrection et aux mobilisations de masses.

A relire trois fois le matin, le midi et le soir au coucher.

Au bout d’un an de présidence Macron, l’opposition est moribonde. La présidentielle ayant fait voler les vieux clivages gauche, droite, les traditionnels partis sont réduits au néant. Les Républicains  sont  au quarantième 

dessous avec un président qui brille uniquement par ses bourdes, son attirance pour l’extrême droite et son absence. A l’extrême droite, la dynastie familiale en place ne s’est pas remise de la nullité et du zéro pointé de sa présidente lors du débat du second tour de la présidentielle. Remisé dans ses fins fonds, le Parti socialiste n’en finit pas de se consumer sur ses cendres déjà froides. A sa gauche, 17 députés surexcités et peu respectueux de notre système démocratique, soumis à leur leader tentent désespérément d’exister en incitant le peuple à s’insurger en mettant de l’huile sur le feu de tous les conflits sociaux en cours.

Ajoutons à cela l’éternel bashing incessant officié par une grande majorité des médias à l’encontre de la quasi-totalité des actions menées par le Président de la République et par le gouvernement, et nous avons une photo instantanée de l’échiquier politique français en ce mois de mai 2018.

Il est temps qu’une opposition démocratique constructive représentative des différents courants politiques renaisse en notre belle France pour que le citoyen lambda ne soit pas l’otage d’un petit groupe d’irréductibles…

 C.V.E.

Ça s’est passé un 12 mai..

Par Nimajneb

12 mai 1825 : naissance d’Antoine de Tounens, un aventurier français né dans le Périgord, qui commence par suivre des études de droit, avant de s’installer comme avoué à Périgueux. Il repère ensuite dans des livres de géographie deux territoires échappant encore à l’autorité du Chili et de l’Argentine : l’Araucanie et la Patagonie, alors occupés par occupés par les Mapuches, appelés aussi Araucans, qui ont résisté fièrement aux Incas, puis aux conquistadors. En 1857, il emprunte de l’argent à sa famille pour aller en Amérique et réaliser ainsi son rêve. Il fait frapper une monnaie, réalise des décorations à remettre à ses plus valeureux sujets, et fait floquer des drapeaux patagons aux couleurs bleu, blanc et vert. En 1858, il débarque au Chili, et étudie pendant deux ans l’espagnol et la langue des Mapuches afin de rédiger la constitution de son futur royaume. Il entre ensuite en contact avec l’un des chefs Araucans pour lui faire part de son projet : réunir les tribus Mapuches dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle, alliée de la France de Napoléon III. Le 17 novembre 1860, la constitution est promulguée, et le 20, Antoine de Tounens est proclamé Orélie-Antoine Ier, roi d’Araucanie et de Patagonie, et revendique l’extension de son royaume jusqu’à l’Atlantique et au détroit de Magellan.

-12 mai 1930 : l’aviateur français Jean Mermoz réussit la première traversée postale sans escale de l’Atlantique Sud entre Saint-Louis (Sénégal) et Natal (Brésil) à bord de l’hydravion « Le  Comte  de  la  Vaulx ». Il est accompagné pendant son voyage du navigateur Jean Dabry, et du radiotélégraphiste Léopold Gimié. Tous les trois, ils parcourent en vingt et une heures les trois mille deux cent kilomètres qui séparent les deux continents avec cent trente kilos de courrier à bord, permettant ainsi l’ouverture de la première liaison postale France-Amérique du Sud.

-Le 12 mai, c’est aussi la saint Achille, l’occasion pour moi de vous parler d’un Achille célèbre : Achilleus. Il s’agit d’un usurpateur romain qui, profitant d’une situation économique difficile dans les provinces égyptiennes, soulève les populations locales vers 292 au nom de Domitius Domitianus, son supérieur. En 296 Domitius règne sur toute l’Égypte et usurpe le titre d’Auguste. À sa mort en 297, Achilleus prend la tête du soulèvement et se proclame à son tour empereur. Il ne parvient néanmoins pas à éviter la chute de la ville qui tombe aux mains de Dioclétien en 298. Achilleus meurt sur ces entrefaites. Achilleus  et  son maître Domitius ont parfois été considérés comme étant une seule et même personne, certains voulant qu’Achilleus soit un surnom attribué à Domitius Domitianus après son usurpation. De plus, si l’on a retrouvé des monnaies frappées à l’effigie de Domitius, il n’y en a aucune d’Achilleus, mais on peut aussi expliquer cela par la faible durée de son usurpation.

-12 mai 1965 : décès à Meillonnas dans l’Ain de Roger Vailland, écrivain, essayiste, grand reporter et scénariste français à qui on doit des citations telles que « L’engagement particulierde l’artiste, c’est de descendre aux entrailles des choses et de rendre exactement ce qu’il a découvert. », « Un roman commence par un coup de dés », « Quand on a pris l’habitude de brûler au feu de la politique, si le foyer s’éteint, on reste infirme. » ou encore « L’histoire n’est pas à quelques dizaines d’années près. »

Nimajneb

La Papote et sa moulinette à… expressions !

Par Sylvie Todeschini

 

Une tempête dans un verre d’eau : beaucoup de bruit et d’agitation pour pas grand-chose

Lorsque Météo-France nous signale un avis de tempête, on peut, sauf erreur de prévision, se préparer à une nature véritablement agitée, que ce soient des arbres fortement brassés par le vent, des rivières qui débordent alimentées par des pluies diluviennes ou une mer déchaînée avec d’énormes vagues s’écrasant contre les rochers. Mais quelle est la taille et la force des vagues qu’une tempête pourrait bien provoquer dans un verre d’eau ? Ce ne serait qu’une toute petite agitation dérisoire, sans aucun effet dévastateur que ce soit aux limites ou en dehors du verre, sauf dans le cas, peu probable, où celui-ci aurait une taille conséquente comparable au moins à un grand lac. Donc, en estimant très faibles les chances de tomber un jour sur un verre aussi grand, on ne peut que considérer sans risque de se tromper qu’un avis de tempête dans notre verre d’eau ne serait que beaucoup de bruit pour pas grand-chose et ne risquerait pas de semer la panique.

Châteaux en Espagne : projets irréalisables.

Cette expression qui apparaît déjà au XIIIe siècle, dans le « Roman de la rose », s’emploie en général avec le verbe construire ou bâtir. Il est expliqué qu’au XVIIe siècle, vouloir chercher des châteaux en Espagne était quelque chose de vain, car il n’y en avait pas, dans le seul but d’empêcher que les Maures, lors de leurs incursions, n’en trouvent et n’en profitent pour s’installer à demeure. Mais d’anciennes variantes de l’expression parlant de châteaux en Brie, de châteaux en Asie ou même au Caire, laissent supposer que les châteaux en question, où qu’ils soient situés, désignaient simplement des endroits inaccessibles à la fois par leurs défenses et par leur éloignement. Vouloir entrer dans un de ces lieux inaccessibles, c’était bien se lancer dans des projets irréalisables. Il ne reste plus qu’à trouver pourquoi ce sont ceux d’Espagne, qui sont restés dans l’usage de l’expression ?

Garder une poire pour la soif : être prévoyant, garder de côté de quoi assurer des besoins futurs ; s’économiser, s’épargner.

Citée par Antoine Oudin en 1640 dans ses « Curiositez francoises », cette expression daterait de la fin du XVIe siècle. La poire étant un fruit juteux, on peut aisément imaginer que celui qui suppose pouvoir avoir soif un peu plus tard, sans avoir d’accès facile à un point d’eau, tel le voyageur d’autrefois cheminant longtemps à pied, ait envie de se garder une poire intacte dans son baluchon pour pouvoir étancher sa soif à venir. Si le choix de la poire comme symbole de ce qu’il faut mettre de côté pour ne pas avoir  de  surprises dans le futur n’est pas expliqué (d’autres métaphores auraient tout aussi bien pu convenir), l’image de prévoyance est ici suffisamment explicite pour que l’expression ait perduré.

Une main de fer dans un gant de velours : une autorité ferme sous une apparence douce ; ferme, mais diplomate.

A l’origine, seule l’expression «  une main de fer » était utilisée pour désigner quelqu’un ayant de l’autorité pouvant même être exercée avec rudesse voire violence. Le gant de velours indique que l’autorité, quoique ferme, s’exerce cette fois-ci avec douceur ou diplomatie, avec absence de contrainte. Cette expression est attribuée à Bernadotte qui, lors d’une entrevue avec le comte d’Artois, prince royal de Suède, aurait dit : « Il faut pour gouverner les Français une main de fer recouverte d’un gant de velours ».

Le clou du spectacle ou de la soirée ou de la fête : moment le plus intéressant, le plus intense, ou qui retient l’attention.

Il n’y a malheureusement pas de certitude sur l’origine de cette expression qui date de 1878. L’interprétation la plus communément admise vient de cette pointe métallique que l’on plante dans un mur, qui sert donc à y fixer quelque chose (aussi bien que, au figuré, il fixe l’attention du spectateur), un objet suspendu qui, dans le lieu où il se trouve, va attirer l’attention tout comme le clou de l’exposition va provoquer un attroupement autour de lui.

S.T.

En mai fais ce qu’il te plaît, mais pas trop quand même s’il te plaît !

Déniché par Sylvie Todeschini

 

Ah le joli mois de mai que voilà  après avril ou rien n’a été facile, et avant juin ou tu vas être dans le pétrin, quel bonheur ce mois de mai ou tu fais ce qu’il te plaît.

En mai fais ce qu’il te plaît, mais ne l’ouvre pas trop si tu veux pas que ça te retombe dessus.

En mai fais ce qu’il te plaît, mais ne dépasse pas la limite parce qu’il est plus simple de punir que d’éduquer et en plus ça rapporte plus d’argent.

En mai fais ce qu’il te plaît, mais n’oublie pas de bien tout payer avec ta carte bleue pour que l’on sache ce que tu fais, quand, où et avec qui.

En mai fais ce qu’il te plaît, mais pense à nous raconter ta vie sur les réseaux sociaux que l’on s’en serve quand il le faudra.

En mai fais ce qu’il te plaît, mais ne pense pas trop à continuer le combat.

En mai fais ce qu’il te plaît, mais à condition de choisir une des 40 chaînes de télé qu’on t’impose.

En mai fait ce qu’il te plaît, mais ne demande pas trop de compte à ceux qui ne t’en donneront pas.

En mai fait ce qu’il te plaît, mais n’oublie pas d’acheter du muguet seulement quand on te le diras.

En mai fait ce qu’il te plaît, mais regarde bien ailleurs quand on te tendra la main.

En mai fais ce qu’il te plaît, et continue à te promener la tête baissée sur l’écran de ton téléphone pour bien ignorer les autres à côté de toi.

 En mai fais ce qu’il te plaît, et observe la nature pousser tout en écoutant les oiseaux gazouiller qui, eux, savent bien que l’on est au mois de MAI.

 S.T.

Au Pays de Big Ben, tout fout le camp !

Par Claude van Effenterre

 

Si l’on s’attendait à ça, my god !

En Grande Bretagne, les établissements scolaires ont dû se résoudre à supprimer les bonnes vieilles horloges analogiques dans les salles d’examens.

Et ce pour la bonne raison que les jeunes scolaires sont incapables de lire l’heure avec une grande aiguille et une petite qui tournent !

C’est la faute aux affichages à cristaux liquides présents sur la totalité de leurs appareils électroniques, ordinateurs et smartphones, qui ont fini par damer le pion à la bonne vieille horloge…

Plutôt que d’ apprendre aux jeunes le fonctionnement des aiguilles sur une horloge, les services de l’éducation  se sont dotés d’horloges LCD pour que les élèves puissent correctement gérer leur temps durant les épreuves.

Décidément, au pays de Big Ben, tout fout le camp…

 C.V.E.

 

LES EPREUVES DU BAC 2018 ARRIVENT !

PETITE MISE EN JAMBES…

 

Comme chaque année, le Bac est l’occasion de recueillir les perles des lycéens. Petit florilège multi matières dans le désordre avec maths, français, histoire, géographie, philosophie pour se mettre dans l’ambiance…

- On trouve le binôme, le trinôme et le polygone.

- Un polygone est un homme qui a plusieurs femmes.

- Le triangle est un rectangle avec un côté en moins.

- Cette question est tellement facile que j’ai fait le calcul dans ma tête et que je n’ai pas pris le temps de recopier la réponse.

- Finalement, les Chinois sont punis de confectionner tous nos objets car ils ne peuvent plus rapporter de souvenirs Made in France à leurs amis car en dessous c’est marqué « Made in China ».

- La Chine a connu l’an pire du milieu.

- Au Japon, le manque de place oblige les autorités à construire des aéroports sous-marins.

- La culotte glacière fond et fait dévier les ours polaires.

- Tous les GPS ne sont pas en orbite autour de la Terre. Il y en a beaucoup qui restent dans les voitures afin de trouver la route plus facilement.

- Le mercure est si lourd que la tonne de mercure peut égaler 100kg.

- Le mur du son est dépassé ; maintenant on peut écouter des films et de la musique dans les avions.

- Le cheval transpirait et faisait de la vapeur quand il tirait les wagons, d’où le cheval-vapeur.

- Après une visite à une expo d’art contemporain, j’ai changé ma perception de ma vie car j’ai compris que l’on pouvait gagner de l’argent avec n’importe quoi. 

J’aime penser à l’eau qui coule le long d’une rivière. Cela permet d’oublier l’angoisse de la mort qui nous guette tous à cause du cancer, de la pollution, du stress de la vie urbaine et des antibiotiques dans l’agriculture.

- Est-ce qu’un joueur de foot qui gagne 20 millions par an pour courir en short et taper dans un ballon est considéré comme un travailleur ? Est-il heureux pendant que le chômage explose ?

- Marquer l’histoire, c’est bien. Mais encore faut-il faire quelque chose de grandiose, comme Sarkozy par exemple en allant déjeuner au Fouquet’s. 

- Ces écrivains sont tous de qualité. La qualité de leurs écrits est indéniable, la preuve, si le sujet nous demande « quelles sont les qualités » de ces écrivains, c’est bien qu’ils en ont de façon certaine. 

- Si le Royaume-Uni vote « oui » au Brexit, ce sera positif pour la France. Cela fera une équipe en moins pour l’Euro 2016.

- Victor Hugo est un écrivain et un poète du 19ème siècle. On lui doit notamment Notre Dame de Paris ou encore Les Minables 

- En mathématiques par exemple, notre professeur nous a donné certaines formules à apprendre par coeur sans faire la démonstration. Il n’est donc clairement pas toujours nécessaire de démontrer pour savoir.

- On peut presque comparer la Chine à la France, sauf au niveau de la taille, de sa puissance financière, du nombre d’habitants et de la langue.

- Ce poème comprend beaucoup de comparaisons et d’amphores. Devant de tels vers, on ressent une émotion comprise entre le néant intégral et l’incompréhension.

 - La presse écrite se développe en France à la fin du XIXème siècle grâce à l’invention de l’imprimerie.

Les récrées ludiques 

Par Rolland GOUZERH

Connaissez vous le prénom du fondateur des 2 Corée ?

Rick car l’ami Rick Corée

Qu’ est qui fait Nioc Nioc ?

Un canard qui essaye de parler le Verlant.

Comment appelle t’on un nain distribuant le courrier ?

Un truand ? car c’est un nain posteur

C’est quoi une duche ?

C’est une douche sans eau

On me cherche la nuit, quand on me trouve, on ne s’en rend compte que quand je suis parti.

Le sommeil

Pourquoi les grenouilles aiment bien avoir les fesses dans la flotte ?

Pour avoir la raie nette

Qu ‘est ce que tu portes et qui te porte aussi ?

La chaussure

Combien y a t’il de lettres dans l’ ALPHABET ?

Huit

Je suis toujours a l’abri mais pourtant je suis toujours mouillée, qui suis je?

 La langue

Je nais et meurs dans l’eau, qui suis-je ?

Le sel

Qu’est ce qui s’allonge et rétrécit en même temps ?

La vie

Comment boire un verre d’eau en gardant le bras tendu sans utiliser d’accessoire, (pailles, tuyaux…), ni l’aide de quelqu’un ?

En prenant l’autre bras

RETROUVEZ

LES INFORMATIONS DES ASSOCIATIONS DANS LES PAGES « EN DIRECT DE NOS VILLAGES »

LES PETITES ANNONCES DANS LA PAGE ANNONCES GRATUITES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus